Covid-19 : pourquoi les hommes portent moins de masques que les femmes ?

En France, depuis lundi 11 mai, le masque est obligatoire dans les transports en commun, les établissements scolaires et les commerces. Comme dans de nombreux pays, le port de cette protection n’est cependant pas imposé dans l’espace public. Un phénomène à l’origine qui crée des disparités, notamment de genre. Et pour cause : les hommes seraient moins nombreux que les femmes à porter des masques. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs de l'Université Middlesex (Royaume-Uni) et de l'université Berkeley (Etats-Unis). Ces recherches, menée sur 2.500 volontaires et disponibles sur le site de prépublication scientifique PsyArXiv Preprints, ont identifié deux arguments pouvant expliquer cette différence.

Les masques jugés comme "honteux" par certains hommes

Le premier ? "Le fait que les hommes soient moins susceptibles que les femmes de porter un masque peut s'expliquer en partie par le fait qu’ils pensent qu'ils ne sont relativement pas affectés par la maladie", expliquent les auteurs de l’étude. Pourtant, les données actuelles le prouvent : les hommes sont davantage touchés que les femmes par le Covid-19. Une récente étude publiée dans la revue Frontiers in Public Health indique par exemple que le nombre de décès dus au coronavirus chez les hommes est 2,4 fois supérieur au nombre de décès recensé chez les femmes.

Mais ce n’est pas tout : les hommes seraient moins nombreux que les femmes à porter des masques car ils ressentiraient également plus d’émotions négatives face à ce dispositif de protection. Les mots utilisés par les hommes interrogés dans le cadre de l'étude pour parler des masques ? "Honteux", "pas cool", "signe de faiblesse", "stigmatisation", écrivent les chercheurs.

Un phénomène qui n’a malheureusement rien de surprenant pour Matt Englar-Carlson, directeur du Center for Boys and Men de l’université d'État de Californie à Fullerton (Etats-Unis). "Des décennies de recherche sur la santé des hommes ont montré des disparités entre les hommes et les

(...) Cliquez ici pour voir la suite