COVID-19 pourquoi perd-on l'odorat et le goût ?

Christine Vilnet

Pour de nombreuses personnes infectées par le virus, l'odeur printanière des fleurs n'est plus qu'un lointain souvenir. Quand ce ne sont pas les saveurs des aliments… Explications.

A la longue liste des symptômes provoqués par le Covid-19 (fièvre, toux, courbatures…), s'ajoute désormais la perte de l'odorat, appelée « anosmie » dans le jargon médical, mais aussi du goût. Les résultats d'une toute récente étude européenne* le montrent : « 86 % des patients présentant des formes légères de l'infection ont des troubles de l'odorat et 89 % se plaignent d'une altération du goût », relate le Pr Stéphane Hans, chef du service ORL de l'hôpital Foch, à Suresnes (92). L'anosmie serait-elle le signe d'une forme peu sévère de la maladie ? Inutile d'en tirer des conclusions hâtives ! « Nous n'avons pas interrogé des malades hospitalisés et gravement atteints, qui ont d'autres priorités de santé », précise le médecin. Ce qui est constaté : la perte sensorielle apparaît le plus souvent (65 % des cas) au cours de la maladie, mais elle peut aussi la précéder (12 %) ou encore survenir après les symptômes habituels (23 %).

Des papilles dans le nez

Si l'on ne sent presque plus rien, ou plus rien du tout, c'est parce que le virus touche le centre principal de l'olfaction, situé tout en haut des fosses nasales. Là se trouvent les « papilles du nez », soit des cellules olfactives (neurones), protégées naturellement par le mucus, qui communiquent avec le cerveau. Directement attaqués par le Covid-19, ces neurones olfactifs ne peuvent plus assurer leur rôle de messager des odeurs. La bonne nouvelle ? Ils sont...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi