Covid-19 : pourra-t-on fêter le Nouvel An 2021 ? La réponse (pessimiste) d’Olivier Véran

·2 min de lecture

Depuis le jeudi 29 octobre 2020 à minuit, les Français sont à nouveau confinés. “Le virus circule en France à une vitesse que même les prévisions les plus pessimistes n’avaient pas anticipée”, avait déclaré, la veille, le président de la République Emmanuel Macron lors d'une allocution télévisée. Le chef de l’Etat ne passe pas par quatre chemins : la deuxième vague sera éprouvante. Le Président a toutefois voulu donner une lueur d’espoir et appelé les Français à tenir “jusqu’au vaccin à l’été.” Pour Noël, ce n’est pas encore gagné : “Nous verrons si nous pourrons espérer cultiver ce moment si précieux des fêtes de fin d’année”, a-t-il lâché. De son côté, le professeur Delfraissy a très vite alerté, au micro de France Inter, jeudi 29 octobre : “Le scénario est plutôt d’avoir un confinement de ce type pendant une période d'un mois, de regarder les différents marqueurs et puis ensuite, de sortir de ce confinement via, par exemple, un couvre-feu qui pourrait se poursuivre pendant le mois de décembre et éventuellement couvrir Noël et le jour de l’An, et sortir du couvre-feu uniquement début janvier [...] Les fêtes de fin d’année, moi, je pense qu’elles seront différentes cette année des autres années. Elles se feront en petit comité, probablement comme je l’ai indiqué, encore sous le couvre-feu.” Et si mardi 3 novembre 2020, le ministre de la Santé Olivier Véran s’est voulu rassurant au sujet des fêtes de Noël, il s’est toutefois montré plus réservé sur les célébrations du Nouvel An...

Interrogé à ce sujet par BFMTV lors d'une visite d'entrepôt des Banques alimentaires de Gennevilliers, Olivier Véran a d’abord déclaré, à propos de Noël : “Noël sera toujours Noël. Noël se fera dans tous les cas de figure, Noël aura évidemment lieu et se fera dans la joie. Ce qu'il faut comprendre, et les Français l'ont compris, c'est que nous vivons avec le virus tant que le virus circule, avec des phases ascendantes de l'épidémie, des phases descendantes, et que nous adaptons en permanence (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite