Covid-19 : le prince Harry adresse un message inattendu aux Anglais

Alors que Meghan Markle serait enfin épanouie dans sa nouvelle résidence de Beverly Hills, Harry vivrait un peu plus mal cet énième déménagement. Selon nos confrères de Gala, le prince se sentirait très seul dans cette vaste demeure, prêtée gracieusement, dit-on, par le dramaturge et producteur américain Tyler Perry, proche d'Oprah Winfrey, elle-même amie du couple. Ainsi, l'ouverture des Invictus Games aurait été l'occasion pour le papa d'Archie de retrouver un environnement familier, et peut-être même de revoir son grand frère, qui paraît-il, lui manque beaucoup. Malheureusement, le Covid-19 en a décidé autrement. Le coup d'envoi de la cinquième édition de cette compétition multisports pour soldats et vétérans de guerre blessés ou handicapés ne sera pas sifflé comme prévu le 9 mai 2020 à La Haye, aux Pays-Bas.

"La vie a dramatiquement changé pour nous tous"

En revanche, alors que ses apparitions se font de plus en plus rare depuis qu'il a quitté "La Firme", le prince Harry a tenu à prendre publiquement la parole dans une vidéo, afin de manifester son soutien à "la famille Invictus". "La vie a dramatiquement changé pour nous tous", a-t-il d'abord précisé, "mais l'équipe des Invictus Games 2020 a fait un travail incroyable pour s'adapter si rapidement à la situation. Les nouvelles dates vous seront communiquées bientôt", annonce-t-il ensuite. Le prince s'est également félicité de voir des familles user de leur créativité afin de se réunir en ligne, mais a cependant invité ses concitoyens à veiller sur les personnes moins visibles. "Même si nous ne pouvons pas être ensemble, je suis très heureux qu'il y ait beaucoup d'activités virtuelles prévues pour cette semaine et je vous encourage à y participer, si vous le pouvez", a-t-il ajouté. Et de conclure : "Je vous remercie de votre fidèle soutien, je vous en suis infiniment reconnaissant. Restez en sécurité et cette semaine, restez connectés, pendant que nous amenons La Haye jusqu'à vous".

À lire aussi : Exilé à Los Angeles,

(...) Cliquez ici pour voir la suite