Covid-19 : selon l’OMS, le virus pourrait ne jamais disparaître

Alors que plusieurs pays ont commencé à progressivement assouplir les mesures de confinement et que chaque gouvernement se demande comment relance l’économie de leur pays, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a lancé, ce mercredi 13 mai, un message inquiétant. L’institution a averti que le nouveau coronavirus, qui a fait près de 300 000 décès et touché 4,3 millions de personnes dans le monde, pourrait "ne jamais disparaître".

Le coronavirus "pourrait devenir endémique dans nos communautés"

"Nous avons un nouveau virus qui pénètre la population humaine pour la première fois et il est en conséquence très difficile de dire quand nous pourrons le vaincre", a indiqué le Dr Michael Ryan, directeur des questions d'urgence sanitaire à l'OMS, lors d'une conférence de presse virtuelle à Genève, ce 13 mai. "Ce virus pourrait devenir endémique dans nos communautés, il pourrait ne jamais disparaître", a-t-il souligné.

Le Dr Michael Ryan a estimé que "personne ne puisse prédire quand cette maladie va disparaître". Le directeur des questions d'urgence sanitaire à l'OMS a comparé la situation actuelle à celle du VIH : "le VIH n'a pas disparu, mais nous avons fait face au virus".

Coronavirus : le seul espoir repose sur un vaccin

Selon l’institution, la seule solution pour en finir avec le coronavirus est un vaccin. "Nous avons un grand espoir. Si nous trouvons un vaccin très efficace que nous pourrons distribuer à tous ceux qui en ont besoin dans le monde, nous aurons peut-être une chance d'éliminer ce virus. Ce vaccin doit être très efficace et doit être mis à la disposition de tous, et nous devrons l'utiliser", a expliqué le Dr Michael Ryan.

D’après le directeur des questions d'urgence sanitaire à l'OMS, le contrôle du virus nécessitera un "effort massif", même si un vaccin est trouvé. Bien que de nombreux vaccins potentiels contre le Covid-19 sont actuellement testés et en cours de développement, le Dr Ryan a fait remarquer que d'autres maladies, telles que la rougeole, n'ont toujours

(...) Cliquez ici pour voir la suite