Covid : quand la joaillerie se fait philanthrope

Par Hervé Dewintre
·1 min de lecture
Onze ans après ses débuts, le partenariat entre Bvlgari et l’ONG Save the Children a permis de récolter 100 millions de dollars dans le monde. 
Onze ans après ses débuts, le partenariat entre Bvlgari et l’ONG Save the Children a permis de récolter 100 millions de dollars dans le monde.

Le créateur Djula a créé un bracelet Barbelés en coton tressé et en argent dont le résultat des ventes sera intégralement reversé à la fondation de l?AP-HP (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris).

© DRPour continuer de briller, les joailliers ont bouleversé leurs priorités. Crise sanitaire oblige, leur actualité met désormais plus volontiers en avant leur sens de l?éthique que leur présence sur les tapis rouges ou leur amitié avec les célébrités. Au défi que représente la lutte contre le virus, de nombreuses maisons ont répondu présentes, soit en faisant des dons généreux ? un million de dollars à l?OMS pour la fondation Graff, un million de dollars aux fonds d?aide Covid-19 pour la fondation Tiffany & Co., 2,5 millions de dollars au Botswana et à la Namibie pour De Beers, qui a par ailleurs étendu son partenariat mondial avec ONU Femmes en investissant 6 millions de dollars dans le programme AWOME qui promeut l?entrepreneuriat féminin en Afrique australe. D'autres ont imaginé des actions spécifiques : le créateur Djula a par exemple créé un bracelet Barbelés en coton tressé et en argent dont le résultat des ventes sera intégralement reversé à la fondation de l?AP-HP (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris), tandis que le joaillier italien Roberto Coin s?est engagé à offrir une alliance aux infirmières et aux infirmiers des hôpitaux de Paris qui se marieraient cette année.

Fondée il y a 21 ans, la fondation Tiffany & co. a fait don, la plupart du temps d [...] Lire la suite