Covid long : un patient adulte sur huit garderait au moins un symptôme à long terme

Si pour certains patients le Covid-19 disparaît en quelques jours, pour d’autres il reste beaucoup plus longtemps. Selon les résultats publiés dans The Lancet d’une étude néerlandaise - relayée par l'Indépendant - 13% des adultes touchés par le Covid-19 souffrent d’un Covid long.

Cette étude a été menée auprès d’une cohorte de 167 729 volontaires néerlandais. Chaque participant devait remplir 24 fois le même formulaire et indiquer la présence de certains symptômes (maux de tête, nausées, douleurs musculaires, difficultés respiratoires, fièvre, perte du goût et de l’odorat, etc).

Des symptômes persistants

Résultats ? D’après les données de cette étude, 21,4% de ceux qui ont eu le Covid rapportent des signes de l’infection entre trois et cinq mois après la contamination. Grâce à ces données, les chercheurs ont conclu que 12,7 % des patients ayant déclaré un Covid souffrent d’un Covid long. C’est-à-dire un patient sur huit.

Comment expliquer la persistance des symptômes ? L’Inserm s’est penché sur la question avec une étude menée par des scientifiques de l’Inserm et de l’Université de Montpellier à l’Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier, en collaboration avec le CHU de Montpellier. L’équipe a découvert le rôle éventuel de la dérégulation d’une partie de la défense immunitaire innée. Ils suggèrent notamment que la production de "pièges extracellulaires de neutrophiles, un mécanisme de défense de première ligne contre les...

Lire la suite