Covid : pour la Philharmonie de Paris, "le pire, c’est un stop and go interminable"

·1 min de lecture

Le Conseil d'État doit rendre mercredi sa décision concernant le recours déposé par les lieux culturels, fermés à cause du coronavirus, pour pouvoir rouvrir. Une possible reprise que le président de la Philharmonie de Paris, Laurent Bayle, juge un peu prématurée. Il explique sur Europe 1 que "le pire, c'est un stop and go interminable. Rouvrir le 15 décembre, si c'était pour fermer le 2 janvier" n'était peut-être pas "une bonne solution". 

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

La "bonne solution", estime-t-il, "consiste à avoir la patience d'attendre le 20 janvier ou fin janvier, pour avoir une assurance de rouvrir plus longtemps, voire totalement". Et pour cause, les consignes contradictoires commencent à lui peser. À chaque fois qu'il y a un espoir de réouverture, il faut se réorganiser, tout repréparer pour finalement... garder ses portes fermées. Pour la Philharmonie de Paris, qui propose actuellement des concerts sur une plateforme gratuite en ligne, "s'il fallait ouvrir, nous le ferions immédiatement et nous cesserions les captations audiovisuelles", explique-t-il. Mais un peu d'anticipation ne serait pas de refus.

"Offrir un retour total à la vie"

Malgré l'épidémie de coronavirus, Laurent Bayle reste optimiste. Il se veut rassurant en expliquant que la Philharmonie de Paris aura bel et bien "une saison 2021-2022 complète qui sera mise en vente dès le mois de mars". L'idée est de "sécuriser le mieux possible la première partie de l'année 2021"...


Lire la suite sur Europe1