Crampe au mollet : d’où vient-elle et comment la soulager ?

Qu'est-ce qu'une crampe au mollet ?

La crampe se définit comme une " contraction musculaire involontaire, temporaire mais soutenue " explique le Dr. Marc Perez, médecin généraliste et ostéopathe.

Crampe : d'où ça vient ? Une crampe musculaire survient lorsqu'il y a une augmentation de l'excitabilité des nerfs qui transmettent les informations du cerveau jusqu'aux muscles : cela conduit à la contraction involontaire et brutale de ceux-ci.

Le principal symptôme de la crampe ? La douleur : elle est d'apparition soudaine, avec un muscle raide et sensible au toucher. Cette douleur (souvent intense !) disparaît généralement en l'espace de quelques minutes : la sensation de gène au niveau du muscle peut toutefois persister plusieurs heures.

Les crampes apparaissent prioritairement au niveau des membres inférieurs et, en particulier, au niveau des cuisses et des mollets : si on les imagine réservées aux sportifs, elles peuvent aussi survenir au repos... ou même pendant la nuit !

À savoir. Moins fréquentes, les crampes aux mains existent également : parce qu'elles concernent plutôt les férus d'écriture, on parle de " crampes de l'écrivain "…

Crampe au mollet : quelles sont les causes ?

On l'a dit : les crampes aux mollets résultent d'une hyper-excitation des nerfs qui se trouvent dans les membres inférieurs, conduisant à la contraction brutale et involontaire des muscles. Or, cette hyper-excitation a (au moins) 3 causes connues : le manque d'hydratation, le manque de minéraux et la fatigue.

Ainsi, une crampe au mollet peut faire son apparition à la suite...

D'une fatigue importante : " cela concerne surtout les personnes qui se mettent à un nouveau sport (running, vélo, marche sportive...) sans préparation physique ni hydratation suffisante : au bout de quelques minutes d'effort soutenu, la crampe apparaît car le muscle est sur-sollicité et le corps est fatigué " explique le Dr. Perez. D'une déshydratation et/ou d'un manque de minéraux : " en particulier chez les personnes âgées

(...) Cliquez ici pour voir la suite