Crash aérien en Russie, Evgueni Prigojine sur la liste des passagers tués

Le patron du Groupe Wagner, Evgueni Prigojine, figurait sur la liste des passagers d’un petit avion privé qui s’est écrasé mercredi 23 août en Russie, tuant les dix personnes à bord, selon l’agence russe du transport aérien Rossaviatsia.

“La mort apparente de l’homme d’affaires lié au Kremlin, dont les forces mercenaires avaient joué un rôle de premier plan dans la guerre contre l’Ukraine, survient près de deux mois après sa rébellion avortée contre l’état-major russe”, retrace The Moscow Times.

“Rival de Poutine”

L’avion a quitté Moscou vers 18 heures, heure locale, à destination de Saint-Pétersbourg.

“Il y avait dix personnes à bord, dont trois membres d’équipage. Selon les premières informations, toutes les personnes à bord sont décédées”, a indiqué sur Telegram le ministère russe des Situations d’urgence.

Selon lui, cet avion privé Embraer Legacy s’est écrasé près du village de Kujenkino, dans la région de Tver, au nord-ouest de Moscou.

Dans un article consacré à l’accident, l’agence de presse russe RIA Novosti a publié une vidéo non confirmée, largement diffusée sur les réseaux sociaux, qui montrer un avion en train de tomber du ciel, avec des volutes de fumée.

“Il n’y a eu aucune confirmation de sa mort mercredi de la part des responsables russes ou américains, ni du service de presse de Prigojine”, met toutefois en garde le Washington Post, qui rappelle que ce “rival [du président russe Vladimir] Poutine” était “connu pour avoir de nombreux passeports et des doubles qui voyageaient sous son nom.”

“Une vie très mouvementée”

“S’il se trouvait à bord du jet privé lorsque celui-ci s’est écrasé […], cela marquerait la fin choquante et violente d’une vie très mouvementée”, commente de son côté la BBC.

Pendant de nombreuses années, rappelle la chaîne britannique, Vladimir Poutine a pu compter sur les services de Prigojine. Mais cet ancien prisonnier devenu restaurateur puis chef de guerre, âgé de 62 ans, vivait “dangereusement depuis des années”, avant de “dépasser les bornes” en juin lors de “sa mutinerie bâclée”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :