Crise à l'hôpital : la mise en garde du comité d'éthique

Un mois après le lancement du volet santé du Conseil national de la refondation (CNR), le Comité consultatif national d’éthique CCNE a remis son rapport au ministre de la Santé. Et les conclusions sont sévères. En réponse à la crise du système de santé de l’hôpital public, les conclusions recommandent de "placer la personne au cœur de ses préoccupations".

Dans son texte, le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) appelle à repenser le système de soins et dénonce un décalage entre les pratiques des soignants "perçues comme déshumanisées" et les "valeurs éthiques", qui s'explique notamment par une approche de la santé focalisée sur "le traitement plutôt que sur le soin".

Comprendre la désertion des soignants

"La parole du malade est insuffisamment prise en compte, tout comme les temps d'échange entre les soignants. Ce n'est pas valorisé parce que c'est du temps humain qui ne fait pas l'objet d'une tarification", a expliqué Régis Aubry, rapporteur de l'avis et médecin chef en soins palliatifs au CHU de Besançon. Avant de compléter : "C'est une des clés pour comprendre la désertion actuelle des soignants. Ils ne comprennent plus pourquoi ils soignent et sont dans une souffrance éthique".

Mais, aujourd’hui, cette approche a conduit à "une dégradation de la relation de soin dans un système où le temps des soignants croise de moins en moins celui des malades". Face à ce constat, les rapporteurs soulignent que l'éthique...

Lire la suite