Crise clastique chez l’adulte ou l’adolescent : définition, cause, comment réagir, traitement

Istock/Andrii Zorii

Les crises clastiques conduisent fréquemment à des hospitalisations en urgence en service de psychiatrie. Leur répétition peut engendrer des troubles scolaires et des difficultés d’insertion sociale, en plus de représenter un potentiel danger pour la personne elle-même et son entourage.

La crise clastique désigne une crise de colère très violente, pendant laquelle la personne se met à briser des objets ou du matériel, sans but précis. Ce sont des épisodes de grande agitation et d’agressivité, qui peuvent représenter un danger pour la personne elle-même, mais aussi pour son entourage. Selon les JUPSO (Journées d’urgence pédiatrique du Sud-Ouest), 32,4 % des hospitalisations en urgence en psychiatrie le sont pour le motif de crise clastique. On rencontre plus particulièrement les crises clastiques chez les enfants atteints de troubles TDAH, c’est-à-dire des troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Ces enfants réagissent bien souvent par une crise de colère extrême en réaction à un ordre, une règle, une demande des adultes, ou en réaction au comportement d’autres enfants (humiliation, injustice, disqualification, séparation). La crise clastique peut aussi se manifester chez l’adolescent et l’adulte. Elle résulte alors d’un sevrage, ou d’une intoxication, d’un état confusionnel aigu, d’une pathologie organique, ou encore elle survient chez un patient avec un diagnostic psychiatrique par exemple.

La crise clastique se manifeste par divers symptômes cliniques. Selon (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite