Crise migratoire : ces Polonais organisent les funérailles des migrants morts à la frontière

·1 min de lecture

Des membres de la communauté musulmane ont décidé d’offrir un enterrement digne aux migrants décédés à la frontière.  

« Ils tentaient de fuir l’enfer, ils voulaient une vie meilleure, un meilleur pays, mais quelque chose de terrible leur est arrivé à la frontière polonaise. » À Bohoniki, dans ce village tatar, la communauté musulmane organise les funérailles de migrants morts dans la zone forestière, à la frontière polonaise. Ces migrants sont, pour la plupart, anonymes. « C’est vraiment triste, parce que des funérailles, c’est toujours terrible, surtout lorsque la famille du décédé ne peut pas y prendre part parce que l’on ne connaît pas l’identité de cette personne. Mais ce qui est sûr, c’est que sa famille souffre. Ils ne savent pas s’il est vivant ou mort, où il se trouve et où il peut être enterré », raconte à notre partenaire Brut. Ali Aleksander Bazarewicz, l’imam qui préside les obsèques. 

Lire aussi >> Cédric Herrou : « Les migrants continueront d’arriver, l’idée est que ça se passe bien » 

« Ce qu’il faut comprendre, ce que ces personnes ne sont pas du tout préparées à ce qui les attend une fois qu’ils ont traversé la frontière. C’est un vrai calvaire. Dans la forêt, il fait un froid très humide, rester ici sans nourriture, sans eau, sans chauffage, c’est une condamnation à mort », explique Nadège Justianiani journaliste pour Brut. qui s’est rendu sur place.  

Stefan Marek Szczesnowicz, habitant de Bohoniki, a rencontré plusieurs de ces migrants : « Ils étaient fatigués, trempés. Ils nous ont...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles