Cristina Cordula : son sosie débarque dans "Les Reines du shopping"... et c'est bluffant !

Vrai sosie ou légère ressemblance ? Cristina Cordula, la reine de la mode et du style parfait, fait son retour sur le petit écran avec son émission Les Reines du shopping, dès le 3 février 2020, sur M6. Le choix du thème de la semaine s'est porté sur la tendance en manteau, avec un budget total de 450 euros. L'ex-mannequin brésilien a elle-même relever le défi de trouver LE modèle parfait. Cinq accros au shopping sont venues se frotter à l'expertise de Cristina Cordula : Déesse, Amina, Mila, Armelle et Cindy, gérante d'une boutique de prêt-à-porter, qui s'était fait remarquer pour son absence de culotte. Parmi ces candidates prêtes à jouer le jeu, une en particulier, Armelle, s'est vantée d'être le sosie de l'animatrice vedette du programme.

Dans l'émission du 6 février, c'est à son tour de se lancer dans la recherche du vêtement parfait. La coiffeuse de 46 ans, originaire de Branoux-les-Taillades dans les Cévennes, propose une visite guidée de son dressing. La quadragénaire, brune aux cheveux courts, en profite pour faire remarquer qu'on lui a souvent dit qu'elle ressemblait à Cristina Cordula. Cette dernière, en plein visionnage de l'extrait paraît quelque peu surprise, "Ah bon ?" s'exclame-t-elle.

"C'est comme sa soeur, elles se ressemblent"

Mais il semblerait que ses concurrentes de la semaine soient du même avis. Amina, jeune étudiante en droit, abonde dans le même sens. "C'est son sosie, carrément ! C'est comme sa soeur, elles se ressemblent" confirme Déesse, la toulonnaise de 31 ans. Ressemblance physique peut-être. Mais au niveau de la voix, elle repassera. Armelle se lance dans une imitation du fameux "Ma chérie, ça ne va pas du tout. Aïlla ïlla ïlla ïlla" qui a fait la gloire de celle qui a obtenu la nationalité française en 2018. Disons les choses clairement, ce n'est pas tout à fait la même chose. Elle aura au moins eu le mérite de faire rire ses adversaires et la femme de Frédéric Cassin. N'est pas Cristina Cordula qui veut, mais avouons une sacrée ressemblance.

A

(...) Cliquez ici pour voir la suite