Cristina Cordula : cette rupture amoureuse qui l’a fait "sombrer"

Toujours souriante, pétillante et positive... Cristina Cordula a pourtant traversé une tempête avant de trouver la paix intérieure. La conseillère en image la plus célèbre de la chaine M6, invitée de Tous en cuisine ce vendredi 15 mai 2020, s'est confiée au magazine Gala au sujet d'une rupture amoureuse qui l'avait autrefois brisée au point de se faire suivre pendant huit ans par une psychanalyste. Aujourd'hui plus heureuse que jamais avec l'homme d'affaires Fréderic Cassin, la belle brésilienne raconte sans détour ce véritable ras de marée qui a laissé des traces indélébiles. Et pour cause, Cristina Cordula s'est séparée du père de son fils, Enzo, il y a maintenant treize ans. Une énième épreuve de la vie pour celle qui avait perdu son frère dans un accident de voiture quelques années plus tôt.

"Mes angoisses me rongent de l'intérieur..."

"Quand je me suis séparée du père de mon fils, j'ai sombré. J'avais l'impression de reproduire le schéma de mes parents. Je vivais mal cet échec, j'avais peur d'être seule. Je voyais mon fils qui avait 11 ans souffrir. Je me suis sentie coupable. J'étais déprimée", a-t-elle confié à nos confrères de Gala. Bien décidée à reprendre du poil de la bête, l'ancienne mannequin de 54 ans prend une décision qui va radicalement changer sa vie : "La psychanalyse m'a sauvée." Cristina Cordula évoque "une femme qui a changé [sa] vie" et l'a "reconstruite" au fur et à mesure des années. Après huit ans de suivi psychologique, sa thérapeute prend sa retraite. Pour l'animatrice star de M6, c'est un coup dur. Malgré le yoga et la méditation, ses angoisses et peurs se transforment en troubles obsessionnels.

"J'ai recours à l'hypnose pour calmer mes angoisses, pour apprendre à vivre le moment présent, à lâcher prise. Je suis carrée, organisée. Le bordel me paralyse. Je ne supporte pas non plus d'être en retard. Je suis exigeante dans mon travail et avec ceux qui m'entourent et ça me ronge de l'intérieur..." Cependant, pas question pour elle d'embarquer

(...) Cliquez ici pour voir la suite