La croisière jet-set de Max Mara

·1 min de lecture

Inspirée par les jet-setteuses de Truman Capote, la maison Max Mara a imaginé un vestiaire à la gracieuse désinvolture. Bellissima !

D'abord, on a fermé les yeux. Comme enveloppé par le plein soleil qui inonde Ischia, petite voisine de l'indécente Capri, et par le souvenir d'une Lee Radziwill ou autres « Swans », élégantes fortunées de Truman Capote qui migraient de la Cinquième Avenue à la Riviera italienne. L'écrivain du mondain y a écrit « Couleur locale », récit émerveillé de son séjour sur cet éden au large de Naples. Toute cette iconographie a inspiré la très convaincante collection Croisière Max Mara, signée Ian Griffiths, dévoilée dans le jardin de l'hôtel Mezzatorre, jadis propriété de Visconti.

01
01

© Alberto Maddaloni

À lire aussi >> Phoebe Philo : pourquoi la créatrice fascine-t-elle autant ?

Relax & joli

Mais foin de nostalgie malgré le poids des références. Au contraire, le vestiaire proposé appartient désormais à une femme très active le jour et presque cool le soir, aux antipodes des oisives en robe cocktail. Au fond, pourquoi choisir entre le relax et le joli ? Ici, la synthèse se produit grâce à des joggings de soirée, des fichus en cuir, une déclinaison pléthorique du manteau maison « 101801 », des sandales en corde parfaites, une bagagerie géranium, des robes courtes de chaperon rose ; le tout dans des matières techniques et dans une palette aussi douce qu'une journée sur cette autre île de beauté. Résultat, on rejoue vers le futur une époque où la jet-set désignait encore une poignée d'heureux du monde. C'est déjà pas mal...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles