Comment cuire des crosnes ?

Tout savoir sur les crosnes

Venus de Chine et du Japon, les crosnes sont des légumes qu’on déguste désormais tout au long de l’hiver, entre novembre et mars. Il agrémente ainsi les pots au feu aux légumes anciens, les doux veloutés, ou encore les viandes rôties, en purée ou grillé au four.

On apprécie le crosne pour sa douceur sucrée, qui apporte un réconfort particulièrement apprécié au cœur de la saison froide. Côté nutrition, le crosne est très bien placé puisqu’il est notamment riche en protéines et en minéraux :

phosphore ;potassium ;calcium.

L’amidon et les glucides le rendent cependant bien énergétique : idéal pour garder la forme en hiver ! À noter avant de proposer le crosne à vos convives : comme le flageolet, il contient de la stachyose, qui peut entraîner des flatulences à cause des difficultés à la digérer !

Le crosne faisant partie des « légumes oubliés », il peut être délicat de s’en procurer. On en trouve cependant sur les étals qui se concentrent sur les légumes anciens des marchés ou dans de grandes enseignes spécialisées dans le surgelé.

⋙ Découvrez notre recette du rôti de veau à la sauge et son mijoté de crosnes

Comment éplucher les crosnes ?

Avec leur silhouette côtelée, les crosnes peuvent s’avérer difficiles à éplucher, surtout lorsqu’ils sont un peu âgés et que la peau est devenue un peu coriace. La première astuce consiste donc à choisir des légumes bien blancs, couleur qui traduit une peau fine plus facile à retirer que lorsqu’elle commence à virer au beige.

Contrairement à bien des légumes, l’épluchage du crosne ne se fait pas à l’économe, mais... au grain de gros sel ! Placez vos crosnes dans un torchon, ajoutez une poignée de gros sel et frottez le tout. Abrasif, le sel permet d’ôter naturellement la peau des tubercules. Il faut ensuite laver les légumes avant de les découper ou de les mettre à cuire entiers, pour faire des crosnes mijotés en accompagnement d’un rôti de veau ou pourquoi pas un gratin.

Comment cuire les crosnes à la poêle ?

Les petits

(...) Cliquez ici pour voir la suite