Cuisiner, la nouvelle recette du bonheur ?

On le sait : mitonner soi-même ses repas permet d'échapper aux aliments ultra-transformés de l'industrie agroalimentaire et de renouer avec une nourriture savoureuse, saine et équilibrée. Mais pas seulement. Ceux qui usent et abusent des plats surgelés ou des livraisons Uber Eats restent sur leur faim dans bien d’autres domaines que la simple diététique. Les recherches sur le sujet ont montré que cuisiner nourrit autant notre cerveau et notre cœur que notre ventre. Démonstration.

De la méditation aux petits oignons

Entre les cours de Pilates et les petits-enfants à garder, les heures de bénévolat et les sorties entre copines, difficile de se ménager des temps de pause, des moments où on laisse son esprit vaguer sans ruminer ce que l’on aurait dû faire hier et ce qu’il nous reste à accomplir demain. La solution ? Cuisiner, en pleine conscience forcément. Ce rituel nous ancre dans le moment présent et libère la pression accumulée dans la journée ou la semaine. Toutes nos facultés se concentrent sur une seule activité, le corps et la tête sont en phase, les sens en éveil. Une forme de méditation d'autant plus bénéfique qu'on a la possibilité de la pratiquer tous les jours, voire matin, midi et soir ! « La cuisine, surtout quand on est dans l’improvisation, permet de créer un espace où se reconnecter avec soi-même, explique Emmanuelle Turquet, cuisine thérapeute. On ouvre une parenthèse dans le temps où il est possible de prêter attention à ses sensations corporelles, de lâcher prise avec les pensées parasites et d’accueillir ses émotions. L’occasion de faire baisser la tension et de diminuer le stress. » Ainsi, une étude menée par des chercheurs néo-zélandais auprès de 658 personnes publiée dans The Journal of Positive Psychology a montré que celles-ci se sentaient plus apaisées et optimistes après avoir pratiqué une activité créative, telle que la confection d’un gâteau ou la préparation d’un plat. Alors, à vos tabliers !

La créativité sur le gril

Chercher des idées de menus

(...) Cliquez ici pour voir la suite