La culture du viol gangrène les cours d'école : on fait quoi ?

Alamy
Alamy

Cette rentrée des classes 2022 est placée sous le signe des préoccupations majeures. Effectivement, le Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes (HCE) tire la sonnette d'alarme : selon son rapport publié ce 31 août, une montée indéniable des violences sexistes et sexuelles s'observerait chez les jeunes générations. Et ce sous plusieurs formes, du harcèlement sexuel aux réflexions sexistes. Une véritable "culture du viol".

Selon le HCE, un jeune sur quatre déclare avoir déjà eu "des rapports sexuels non consentis". Plus d'une jeune femme sur deux aurait déjà vécu "un acte ou un propos sexiste" à l'école et subi des remarques "sur son physique ou sa tenue". Près d'un jeune sur cinq considère également qu'un homme qui insiste pour avoir un rapport sexuel n'est "pas du tout sexiste".

"Cette imprégnation de la culture du viol est plus importante chez les jeunes hommes : forcer sa partenaire à avoir un rapport sexuel alors qu'elle refuse est perçu comme un viol par seulement moins de 3 jeunes hommes sur 5, contre plus de 4 jeunes femmes sur 5", souligne le HCE. Accablant.

Et alors que plus d'un tiers des 18-24 ans pensent qu'une femme "peut prendre plaisir à être humiliée ou injuriée", et près d'un quart qu'elle "prend du plaisir à être forcée", le Haut Conseil alerte : "La culture du viol persiste surtout chez les jeunes générations, et génère des proportions inquiétantes des violences sexistes et sexuelles".

Quelles solutions...

Lire la suite

À lire aussi

"Tu portais quoi ?" : cette expo dénonce puissamment la culture du viol
Thomas de Game Spectrum parle masculinité toxique et culture du viol dans le jeu vidéo
#DontTellMeHowToDress, le hashtag qui dézingue la culture du viol en Thaïlande