Cyberharcèlement, photos obscènes, menaces : le monde du jeu vidéo face à son #MeToo

©Maghlarnaque/Twitter

Les streameuses les plus populaires prennent la parole sur les réseaux sociaux pour dénoncer les comportements dont elles sont victimes.

Visiblement, en 2022, on ne peut toujours pas être une femme qui joue aux jeux vidéos sans se faire harceler et sexualiser. Depuis quelques jours, une multitude de témoignages glaçants secoue le monde des streamers français, ces joueurs ou joueuses de jeux vidéo qui partagent et commentent leurs parties en direct. Plusieurs figures féminines dénoncent les cyberviolences sexistes et sexuelles qu'elles subissent depuis des années sur les réseaux.

À lire également >> Twitch, the place to stream

Messages insultants, photomontages sur des corps d'actrices porno, scénarios sexuels autour de sa personne sur des forums... C'est dans un long témoignage publié lundi 24 octobre sur Twitter que Maghla, l'une des streameuses les plus suivies de France avec 700 000 abonnés sur Twitch (principale plateforme de diffusion), a mis en lumière l'enfer quotidien des créatrices de contenus en direct autour du jeu vidéo.

Des montages et des menaces

« Maghla », connue comme toutes les streameuses par son pseudonyme, dénonce l'incessante sexualisation dont elle fait l'objet. Elle explique devoir constamment veiller à sa façon de s’habiller lors des streams pour ne pas s'exposer à des « commentaires ». « Il y a des centaines de pages de gens qui se branlent sur mes photos et les postent. Littéralement. Également des montages encore et encore et les commentaires peuvent aller du “je la viole” à “je vais la pénétrer cette chienne” etc......

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi