Cyclothymie : comment détecter ce trouble de l’humeur ?

Cyclothymie : de quoi s'agit-il exactement ?

La cyclothymie est un trouble de l'humeur qui toucherait entre 0,5 % et 1 % de la population française – ce qui signifie que près de 700 000 Français pourraient être concernés.

Un comportement cyclothymique se caractérise par des variations d'humeur cycliques : la personne cyclothymique se sentira heureuse, enjouée, motivée, bavarde... pendant quelques semaines, puis déprimée, un peu triste, un peu " éteinte "… pendant les semaines suivantes.

Attention : " il est normal de connaître des variations d'humeur, mais ça ne signifie pas que nous sommes tous cyclothymiques, explique le Dr. Marc Masson, psychiatre. Chez une personne cyclothymique, les variations d'humeur évoluent par phases et dépendent moins des événements. Tandis que chez une personne non-cyclothymique, l'humeur dépend davantage des événements et on n'observe pas de périodicité cyclique. "

Quelle différence entre la cyclothymie et les troubles bipolaires ?

Jusqu'au 20ème siècle, on appelait " cyclothymie " ce que l'on appelle aujourd'hui " troubles bipolaires " (ou, plus rarement, " psychose maniaco-dépressive "). Car, si dans les deux cas, il est question de variations cycliques de l'humeur, les troubles bipolaires se caractérisent par l'alternance d'épisodes dépressifs et d'excitation pathologiques – qui peuvent conduire à une hospitalisation !

En effet : quand une personne cyclothymique se sentira " simplement " un peu déprimée, en retrait et démotivée, la personne bipolaire, quant à elle, pourra aller jusqu'à la tentative de suicide. En phase d'hypomanie, la personne bipolaire connaîtra une agitation motrice, des nuits blanches, des idées délirantes... tandis qu'une personne cyclothymique sera " juste " plus agitée et plus nerveuse que d'habitude.

" C'est une question d'intensité : les variations de l'humeur chez une personne bipolaire sont plus sévères que celles observées chez une personne cyclothymique, souligne le Dr. Masson. D'ailleurs, certains spécialistes

(...) Cliquez ici pour voir la suite