Cyril Hanouna empoche plus d’un million d’euros suite à une décision de justice

Ce mercredi 13 novembre, le Conseil d’Etat a tranché. Après trois ans de procédures entre Cyril Hanouna et le Conseil supérieur de l'audiovisuel, ce dernier va devoir verser 1,1 million d’euros à C8 pour une affaire remontant à novembre 2016. Comme le rapporte Le Parisien, à l’époque l’émission Touche pas à mon poste diffuse un canular concernant Matthieu Delormeau. Cyril Hanouna lui fait croire qu’il vient de tuer quelqu’un sous ses yeux. Il demande alors à l’ancien animateur du Mag d’NRJ12 de se dénoncer à sa place. Complètement bouleversé par ce qui vient de se passer, Matthieu Delormeau ne se doute pas qu’il est victime d’une caméra cachée. Cyril Hanouna ne lui avoue la supercherie que le lendemain, le laissant passer toute la nuit avec l’idée qu’il vient d’assister à un meurtre. Très choqués par cette séquence, de nombreux téléspectateurs saisissent le CSA.

Ce dernier rend son verdict en juin 2017, décidant de priver C8 de publicité pendant une semaine durant toute la diffusion de Touche pas à mon poste, ainsi que dans le quart d'heure qui suit et celui qui précède l'émission. Un an plus tard, estimant que Matthieu Delormeau n'avait "pas été montré sous un jour dégradant et humiliant", les juges annulent la sanction. C8 demande réparation financière de la perte de ses recettes publicitaires.

⋙ "Touche pas à mon poste" : l’émission en danger à cause du CSA ? Cyril Hanouna répond

La décision du Conseil d’Etat a été rendu ce jour en faveur de C8. Une décision difficile à digérer pour le CSA qui doit donc dédommager la chaîne gratuite du groupe Canal + et lui verser 1,1 M€. "On se réjouit de cette décision, car nous avions toujours estimé que la sanction du CSA était sans fondement. Elle a, en plus, généré un buzz très négatif sur notre chaîne", a déclaré Gérald-Brice Viret, le directeur des antennes de Canal+. Ce matin sur Europe 1, Roch-Olivier Maistre, le président du Conseil a simplement commenté : "On paiera". Ne pouvant pas puiser dans les dernières amendes payées

(...) Cliquez ici pour voir la suite