Cyril Lignac révèle pourquoi il s’est lancé dans la cuisine (et c'est étonnant)

Tout, vous saurez tout sur l'un des chefs les plus médiatiques de France. Cyril Lignac raconte son parcours dans un livre, Histoires de goûts, paru aux éditions Robert Laffont le 27 février 2020. Le chef, aussi bien connu pour ses histoires d'amour que pour ses pâtisseries, revient dans cet ouvrage sur son grave accident de scooter survenu en novembre 2016. Il retrace également tout le chemin parcouru depuis son adolescence, de son Aveyron natal, qui lui donne cet accent si chantant, à son arrivée à la capitale pour y construire son avenir. Une réussite fulgurante s'ensuit : en 2005, il ouvre son restaurant Le Quinzième à Paris, qui a fermé après quinze ans d'existence, en juin 2019, et participe à l'émission Oui Chef ! sur M6. C'est le début d'une médiatisation qui ne cessera pas. Trop rapide peut-être, à son goût.

"Les cuisiniers inspirent l'amour, j'avais envie d'être aimé"

Dans les colonnes du Figaro du 7 mars 2020, le complice de Mercotte dans Le Meilleur pâtissier reconnaît avoir subi le fait "d'être connu avant d'être reconnu". Cette médiatisation, lui qui tente de protéger sa vie privée, l'incommode. "Mon métier, c'est cuisinier, pâtissier" lâche-t-il à la journaliste Anne Fulda. Une passion née petit à petit à l'adolescence. Pas forcément une vocation au départ. C'est au cours d'une visite au centre d'orientation pour choisir sa voie après la classe de troisième que son avenir se profile. Il raconte, dans son autobiographie, avoir eu conscience de ce désir à ce moment-là : "Soudain ma destinée est devenue limpide : les cuisiniers inspirent l'amour, j'avais envie d'être aimé, j'allais devenir chef."

Une recherche d'amour perpétuel qui le pousse à toujours travailler plus, afin de rencontrer l'adhésion de ses clients, stars ou pas. Et surtout de leur faire plaisir. Il revendique être avant tout un cuisinier plutôt qu'un people à la Une des magazines. "Je dis toujours que la cuisine c'est un métier qui mène à tout parce que cela rassemble les gens. Je trouve que

(...) Cliquez ici pour voir la suite