Décès d'une fillette en crèche à Lyon : 3 mois de fermeture administrative

© Lourdes Balduque / Getty Images

La crèche de Lyon dans laquelle une fillette de 11 mois avait trouvé la mort le 22 juin, probablement tuée par une employée lui ayant fait ingérer un produit caustique, sera fermée administrativement pendant trois mois, a annoncé samedi la préfecture.

L'arrêté de fermeture administrative de l'établissement a été signé vendredi « pour une période de trois mois, renouvelables une fois », a indiqué la préfecture du Rhône dans un communiqué. « Durant cette période, une enquête administrative sera diligentée par la Métropole de Lyon afin de vérifier que les conditions de fonctionnement de l’établissement sont conformes aux dispositions législatives et réglementaires et garantissent le respect de la santé, physique ou mentale ou l'éducation des enfants accueillis », détaille la préfecture.

Lire aussi >> Crèches : « La petite enfance n’est malheureusement jamais une priorité »

L'employée, qui était seule le matin du drame dans cette crèche du groupe People & Baby, située dans le 3e arrondissement de Lyon, a été mise en examen le 24 juin pour homicide volontaire. Elle avait reconnu « qu'excédée par les pleurs de l'enfant, elle l'avait aspergé puis lui avait fait ingérer un produit caustique », selon le parquet de Lyon.

Attaques très violentes sur les réseaux sociaux

Depuis le décès, l'employée, qui est en détention provisoire, a fait l'objet d'attaques très violentes sur les réseaux sociaux, où la gestion du groupe People & Baby est également vivement critiquée.

À l’image du scandale qui a secoué les EHPAD ces derniers mois, ce drame jette une lumière crue sur la crise que traverse depuis plusieurs années le secteur des crèches. Manque de moyens, personnel...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles