Début de soirée : les deux anciens chanteurs du groupe phare des années 80 se déchirent

Après 30 ans d’amitié, le groupe phare des années 80 fait ses adieux à la scène. Mais si les fans ne peuvent plus voir Sacha Goëller et William Picard se produire ensemble, ils peuvent toujours les suivre chacun de leur côté. Le plus dur sera donc de prendre parti… En effet, depuis quelques mois, le duo exerce ses talents séparément. Les deux offrent toujours des concerts pour leur fidèle public, mais sur deux tournées différentes. Sacha entonne ses notes au rythme de la tournée Party 80, tandis que William donne de la voix sur celle de Best of 80. Aujourd’hui, les deux acolytes sont des étrangers. Dans une interview accordée à Melody TV, Sacha Goëller détaille les raisons de leur séparation. Le chanteur de 54 ans remonte alors 8 ans plus tôt : “Nous sommes le 28 juin 2011, il est 23h. Mon téléphone sonne, c’est mon ex-compagnon (William Picard, ndlr) qui m’appelle pour me dire qu’il arrête le groupe car il veut désormais continuer tout seul…” Selon lui, son ancien partenaire aurait “tout organisé” afin de convaincre le producteur de la tournée Stars 80 “d’utiliser le nom de Début de soirée de façon illicite, en ne gardant qu’un seul membre, lui bien sûr.” À cette époque, le duo venait tout juste de signer un contrat pour le premier film Stars 80.

⋙ Stars 80 : l’ex-producteur évoque la jalousie entre Lio et Sabrina

Malheureusement, l’histoire ne s’arrête pas là pour les deux amis. Durant cette période, les interprètes de Nuit de folie préparaient également une tournée des petites salles de France intitulée Entre nous. Mais Sacha Goëller fut encore plus ébahi à la visite du producteur de la tournée, deux mois plus tard. Ce dernier vient donc le voir à Barcelone, où il réside depuis quelques années, pour l’informer qu’il ne faisait plus partie du projet. Il lui explique donc ses recours : “[Il m’a dit que] je pouvais l’attaquer en justice pour l’utilisation du nom de Début de soirée sur les affiches, mais que si telle était mon intention, je pouvais oublier toutes collaborations

(...) Cliquez ici pour voir la suite