Décès de Mary Higgins Clark : qui sont les hommes qui ont partagé sa vie?

Elle était l'une des écrivaines les plus lues dans le monde. L'américaine Mary Higgins Clark est décédée vendredi 31 janvier 2020 à Naples, en Floride, de mort naturelle, "entourée de sa famille et de ses amis" a annoncé sa maison d'édition Simon & Schuster. La "reine du suspense" faisait partie de ces auteurs, comme Amélie Nothomb, qui sont très prolifiques. En effet, elle est à l'origine d'une cinquantaine de romans, dont le plus célèbre d'entre eux La maison du guet, publié en 1975, lui a valu une reconnaissance internationale. C'est d'ailleurs grâce à ce succès que Mary Theresa Eleanor Higgins devint millionnaire, à l'âge de 50 ans. Un vrai bouleversement pour cette grande plume à qui la vie n'a pas toujours fait de cadeaux.

⋙ Mort de Régine Desforges auteure de La bicyclette bleue

Née le 24 décembre 1927 à New York dans le Bronx, dans une famille irlandaise, la jeune Mary file une vie paisible jusqu'à l'âge de ses 10 ans, où son père meurt d'une crise cardiaque. Sa mère se retrouve donc seule à devoir prendre en charge les revenus du foyer. Pour lui venir en aide, Mary Higgins commence à travailler très jeune, d'abord en tant que standardiste puis comme hôtesse de l'air. À 20 ans, elle rencontre son futur époux, Warren F. Clark directeur de la ligne aérienne Capitol Air avec qui elle aura 5 enfants. Celle qui devient alors Mrs Clark cesse de travailler.

15 ans plus tard, Mary Higgins Clark perd son époux d'une crise cardiaque. Elle a alors 35 ans. Comme sa mère avant elle, elle se retrouve seule pour élever ses enfants. L'écrivaine se remet à travailler, mais continue d'écrire. Tous les matins de 5H à 7H, avant d'emmener ses enfants à l'école, Mary noircit des pages et des pages.

En 1996, après l'annulation de son mariage avec l'avocat Raymond Charles Ploetz, Mary Higgins Clark dit oui à John J. Conheeney, l'ex-PDG de Merrill Lynch Futures, banque d'investissement américaine rachetée en 2008 par Bank of America. Ils resteront unis jusqu'à la mort de ce dernier, en

(...) Cliquez ici pour voir la suite