Décès suite à des stages de jeûne : un naturopathe mis en examen pour homicide involontaire et abus de faiblesse

© Capture d’écran youtube

Il cumule jusqu’au million de vues sur sa chaîne Youtube plébiscitée par plus 72 000 abonné.es, et se revendique naturopathe : à 58 ans, Éric Gandon vient d’être mis en examen pour "homicide involontaire", "abus de faiblesse", "mise en danger de la vie d'autrui" et "exercice illégal de la médecine" par le parquet de Tours suite au décès de 3 personnes ayant participé à ses stages de jeûne hydrique, rapporte France Info. Son fils de 25 ans, qui contribuait au rayonnement de son activité via la chaîne Youtube et participait aux stages, est quant à lui poursuivi pour “exercice illégal de la médecine” des professions de médecin et pharmacien.

Les faits sont survenus entre juillet 2020 et janvier 2023, dans le cadre des cures de jeûne proposées par Éric Gandon au sein d’un château de Noyant-de-Touraine, en Indre-et-Loire. Les stages proposés consistaient en des jeûnes hydriques prolongés lors desquels les participant‧es se privaient de tout aliment solide pendant une à six semaines.

Une enquête a été ouverte suite au décès d’une femme de 44 ans le 12 août 2021, rapporte Le Figaro, ce drame n’ayant pas empêché le naturopathe de poursuivre “l’organisation de stages de jeûne et la promotion de ses méthodes, qui n’apparaissaient reconnues ou avalisées par aucune institution publique ou autorité médicale”, détaille le communiqué du parquet.

Sur le même sujet ⋙ Sur Doctolib, des profils signalés car formés par une naturopathe promouvant des agressions sexuelles sur mineursCoachs, stages, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'Affaire d'Outreau, "une façon de décrédibiliser la parole de l’enfant" dénonce Andréa Bescond
L'Assemblée nationale entérine l'aide financière d'urgence pour les victimes de violences
Un policier londonien reconnaît avoir commis 24 viols et de nombreuses agressions sexuelles
États-Unis : les élues de la Chambre des représentants du Missouri désormais obligées de se couvrir davantage
Fake news : près de 70 % des 18-24 ans adhèrent aux théories du complot selon une enquête de l'Ifop