Le déchirant message d'une mère à sa fille fauchée lors de l'attentat de Nice

AP - Aurelien Morissard

Les auditions de parties civiles se poursuivent au procès de l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice. À la barre notamment ce mercredi, Margaux. Une toute jeune maman, de 28 ans aujourd’hui qui, plus qu’un témoignage à la cour, a adressé un déchirant message à sa fille Leana, tuée à seulement 2 ans et demi.

Avec notre envoyée spéciale au Palais de justice de Paris, Laura Martel

« À toi, ma fille qui m’a appris à devenir mère à seulement 19 ans, qui a fait naitre en moi cet amour indestructible » débute Margaux, face à la photo de Leana, tresses blondes et salopette bleue. « Ce 14 juillet, je t’ai dit au revoir en t’envoyant des bisous, qui aurait cru que nous faisions nos adieux mon amour, m’entends-tu quand je parle seule chez moi, seule sur ta tombe ? », lance la jeune femme.

Ce soir-là, Leana est sur la Prom' avec son père, Margaux un peu plus loin. Une envie de bisous, elle envoie un texto, le papa répond qu’ils rentrent déjà. « Cinq minutes plus tard, ton père appelle en hurlant, je n’comprends rien, je vois les gens courir, j’appelle tata, elle dit qu’ils tentent de te réanimer, mes jambes se coupent. » Le pire confirmé, Margaux refuse d’y croire. « Je me suis dit "elle ouvrira les yeux quand elle me verra" mais ni mes cris ni mon amour n’ont pu te réveiller ».


Lire la suite sur RFI