Déconfinement: 60% des nouveaux télétravailleurs veulent continuer

Le HuffPost avec AFP
Si 60% des Français voudraient poursuivre le télétravail après le confinement, un tiers estiment que leur santé s'est dégradée avec le travail à la maison (Image d'illustration).

TÉLÉTRAVAIL - L’expérience du télétravail pendant le confinement a conquis une partie des salariés français. Près de 60% des nouveaux télétravailleurs envisagent de “demander à pratiquer le télétravail après le confinement, de manière régulière ou ponctuelle”, selon un sondage CSA pour Malakoff Humanis publié ce mercredi 6 mai.

5 millions de Français, salariés d’entreprises privées, publiques ou encore fonctionnaires, sont actuellement en télétravail, selon la ministre du Travail Muriel Pénicaud. “Certains le faisaient déjà un peu” avant l’épidémie; “pour beaucoup” d’autres, “c’est une expérience nouvelle”, a-t-elle relevé.

Si les télétravailleurs confinés sont globalement inquiets (86% éprouvent des craintes “pour l’avenir économique du pays”, 49% “pour leur propre avenir” et 42% “pour celui de leur entreprise”), un tiers d’entre eux pensent que cette crise sanitaire “va modifier la position de leur entreprise vis-à-vis du télétravail” (35%, contre 16% après les grèves de décembre et janvier derniers qui avaient favorisé dans une moindre mesure le recours au télétravail).

Santé psychologique et physique dégradée

Les télétravailleurs sont en revanche moins optimistes quant aux conséquences de cette nouvelle organisation du travail sur leur vie. Trois télétravailleurs confinés sur dix estiment que leur santé psychologique (30%) et leur santé physique (27%) se sont dégradées pendant le confinement, d’après le sondage.

Une même proportion de ces télétravailleurs déplorent une augmentation de leur charge mentale (28%), “vivent des tensions avec leur entourage familial” (28%) et considèrent que le confinement a détérioré la qualité de leur sommeil (29%) et de leur alimentation (26%), d’après cette enquête réalisée auprès de salariés d’entreprises du secteur privé d’au moins 10 salariés.

Quatre sur dix “ont du mal à articuler temps de vie professionnelle et personnelle” (39%) ou ”à se déconnecter du travail” (45%). Ils ressentent aussi “une dégradation de la qualité du lien...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post