Déconfinement : le Conseil scientifique prévoit « 2 000 à 3 000 » nouveaux malades par jour

Margot Ruyter

Le Conseil scientifique alerte le gouvernement et demande des garanties pour limiter l’impact de la deuxième vague. 

Il n’était pas favorable à la réouverture des écoles le 11 mai prochain et préconisait le mois de septembre. Le Conseil scientifique craint qu’un déconfinement fait dans de mauvaises conditions n’exacerbe le nombre de malades. « Le virus continuera de circuler parmi nous », rappelle Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique invité de « C à vous », hier. En désaccord avec les choix du gouvernement, il plaide pour un déconfinement progressif. Il souhaite passer « du noir au gris foncé » et « non du noir au blanc », a-t-il martelé. « À la sortie du confinement, on devrait avoir quelques milliers de cas, deux ou trois mille nouveaux cas en France chaque jour », interpelle-t-il, inquiet.  

Sur la décision du gouvernement de rouvrir progressivement les classes le 11 mai, Jean-François Delfraissy explique que « le Conseil scientifique a pris acte de cette décision politique ». Une décision qu’il désapprouve mais qu’il a décidé d’accompagner. À propos du confinement, le président du Conseil scientifique reconnaît « qu’on ne peut pas [le] poursuivre. C’est le bon sens », juge-t-il. Le déconfinement « progressif », devrait néanmoins souffrir « d’un peu d’expérience, de l’expérimental. Deux pas en avant, deux pas en arrière », admet-il face à une situation inédite. « L’objectif est : un, de vivre. Qu’on recommence à vivre. Je le dis très clairement. Puis, de l’autre côté, qu’on...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi