Déconfinement : le doudou sera-t-il banni des crèches ?

L’heure du déconfinement a sonné, et depuis hier, la réouverture de certains établissements ou structures peut avoir lieu, petit à petit sur l’ensemble du territoire français. A la demande du gouvernement, les crèches et structures d’accueil pour les enfants peuvent désormais rouvrir leurs portes, à la condition de respecter scrupuleusement certaines règles et mesures d’hygiène, comme les distances sociales, le lavage des mains régulier, la prise individuelle des repas, etc.

S’il y a bien un objet que les très jeunes enfants ont du mal à laisser chez eux le matin en allant à la crèche, c’est leur doudou. Pour des raisons d’hygiène, afin de limiter la propagation du virus et les risques de transmission, cet objet serait actuellement, et jusqu’à nouvel ordre, banni de certaines structures d’accueil pour les petits.

Covid-19 : le doudou des enfants peut-il transmettre le virus ?

De précédentes études ont déjà étudié le temps de survie du virus Covid-19 sur différentes surfaces.

Si le coronavirus qui circule actuellement pourrait survivre jusqu’à 4 heures sur du cuivre, 24 heures sur du carton, et même jusqu’à 3 jours sur du plastique, les quantités de germes ne seraient, dans la majorité des cas, pas suffisantes pour contaminer une personne qui entrerait en contact.

Mais qu’en est-il du doudou, souvent fabriqué à partir de fibres textiles ? Pour le Docteur Pierre Parneix, médecin hygiéniste au CHU de Bordeaux, si la transmission du virus par un doudou d’enfant est possible, elle peut être limitée.

"Le risque de transmission du coronavirus par l’intermédiaire des doudous n’est pas démontré et s’il existe, il n’est pas majeur, car il s'agit d'un élément de l’environnement comme un autre. Les doudous ont néanmoins une particularité : ils ont tendance à tomber par terre, à passer de main en main, et ne peuvent pas être désinfectés facilement car il sont fabriqués avec du textile. », explique le spécialiste.

Et pour réduire les risques de contamination, le lavage régulier en machine

(...) Cliquez ici pour voir la suite