Déconfinement : la mise en garde d’Olivier Véran sur “l’illusion de protection du port du masque”

C’est une journée que nombre de Français attendaient depuis des semaines. Lundi 11 mai 2020 a marqué le début du déconfinement national. La veille, le ministre de la Santé a donc tout naturellement pris la parole. Invité dans le JT de 20 heures de TF1, Olivier Véran a tenté de répondre au mieux aux interrogations de la population. Car oui, le déconfinement aussi fait peur. Alors que certains se réjouissent de retrouver un semblant de liberté, d’autres s’apprêtent déjà à affronter une deuxième vague de l’épidémie de Covid-19. Masque ou visière de protection, lequel est le plus efficace contre le virus ? Comment retirer son masque pour éviter la contamination ? Comment fabriquer une protection maison en 30 secondes et sans couture ? Pour Olivier Véran, le déconfinement n’est pas un retour à la normale.

“Porter un masque n'est pas une protection en soi”

“Nous ne sommes pas sortis de la lutte contre le virus. Nous allégeons les conditions du confinement, mais la vie ne peut pas reprendre comme elle était auparavant”, a indiqué le ministre de la Santé face à Anne-Claire Coudray. Sa position est claire : nous allons devoir “vivre avec le virus pendant un certain temps”. Alors faudra-t-il se protéger ? Peut-on être verbalisé si on ne porte pas son masque ? La réponse est non. Olivier Véran l’a de nouveau confirmé sur TF1 : il ne sera pas obligatoire de porter un masque dans l’espace public. “Nous n'avons pas décidé de mettre des amendes aux Français qui ne se laveraient pas les mains. Nous n'avons pas non plus décidé de mettre des amendes aux Français qui ne respecteraient pas la distance d’un mètre. Nous n'allons pas mettre des amendes aux Français qui ne porteraient pas le masque dans l'espace public”, atteste le ministre.

Mais Olivier Véran tient surtout à alerter sur “l’illusion de la protection” que peut engendrer le port du masque. Pour lui, celle-ci peut s’avérer “aussi dangereuse que l’absence de protection”. “Un masque, ça se porte bien, ça ne se touche plus”, martèle-t-il.

(...) Cliquez ici pour voir la suite