Découvrez ces drôles de rituels auxquels les astronautes ne dérogent pas avant leurs voyages dans l'espace

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Quand on est astronaute, il y a des traditions auxquelles on ne déroge pas. À l’occasion de son premier voyage dans l’espace, en 2016, Thomas Pesquet s’est plié à celles que les cosmonautes – comprenez, les astronautes russes – ont adopté, pour certaines, il y a quelque 60 années maintenant, lorsque tout a commencé, juste avant le lancement historique de Youri Gagarine.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Signer les portes des chambres de l’hôtel qui accueille l’équipage pendant les derniers jours avant le vol. Trinquer avec le personnel de l’hôtel. Planter un arbre dans le jardin de l’hôtel – cette tradition ne vaut que pour un premier vol à bord d’une fusée Soyouz. Hisser le drapeau de son pays. Regarder « Le soleil blanc du désert », un western soviétique en noir et blanc. Ou encore respecter « la pause technique » : quelques centaines de mètres avant la fusée, le bus qui transporte les astronautes s’arrêtent et ceux-ci… vont se soulager – ou au moins faire semblant - sur sa roue arrière droite !

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des rituels différents, mais toujours des rituels

Sur le sol américain, les traditions changent – elles sont plus hérités des missions Apollo –, mais il demeure impensable pour les astronautes de ne pas les respecter. « Les astronautes ne sont pas superstitieux en général, mais… », raconte Thomas Pesquet sur Twitter. Ainsi, si du côté de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura