Dédier 15 minutes à l’anxiété : le conseil étonnant d’un psychologue pour mieux dormir

PNW Production

Ruminer ruine le sommeil. Vous l’avez sûrement déjà expérimenté, mais les scientifiques eux-mêmes le confirment. Penser encore et encore à quelque chose que l’on aurait mal dit ou mal fait. Ou bien à un événement qui nous inquiète. Il est pourtant l’heure de dormir. Il fait nuit noire, la ville est endormie, aucun bruit ne vient perturber votre endormissement sauf celui de vos pensées qui ne veulent pas s’arrêter. Selon Aric Prather, professeur en psychiatrie à l’université de San Francisco, le meilleur moyen de faire cesser ces pensées parasites au coucher serait… de consacrer quinze minutes par jour à l’inquiétude.

Dans un essai publié dans CNBC, le professeur donne deux conseils pour rendre ce moment d’anxiété véritablement efficace. "En milieu ou fin d’après-midi, prenez quinze minutes dédiées à cette inquiétude émotionnelle." Le principe : n’être perturbé par rien d’autre que ces pensées qui vous encombrent.

Pas question de dépasser les quinze minutes autorisées. Pour bien faire l’exercice, il faut mettre un chronomètre. Lancez-le puis prenez chaque point d’inquiétude un par un, un peu comme une to-do list. Si ces pensées parasites surviennent en dehors de ce moment spécifiquement dédié, au cours de la journée ou alors que le sommeil vous appelle, traitez-les comme les items d’une liste. Vous vous en occuperez plus tard.

Le deuxième conseil que délivre Aric Prather consiste tout simplement à noter ses angoisses sur le papier. Quelles sont les choses qui sont susceptibles de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Prendre les transports en commun tous les jours nuit gravement à votre santé mentale selon une étude
Les femmes atteintes d’Alzheimer sont diagnostiquées plus tardivement (et c’est encore à cause du sexisme)
Cette étude inédite révèle que le clitoris est bien plus sensible qu’on l’imaginait
Une start-up anglaise crée un tampon capable de détecter les infections vaginales
Mois sans tabac : les femmes ont plus de mal à arrêter que les hommes, voici pourquoi selon une étude