« Défendons-nous les unes les autres » : l’appel des élues locales contre le sexisme en politique

Margot Ruyter

Dans une tribune au « Parisien », une centaine de candidates du réseaux EluesLocales dénoncent le sexisme en politique à quelques jours du premier tour des élections municipales. Explications.

« Nous en appelons à la sororité, c’est-à-dire à la solidarité entre les femmes. Relevons la tête et défendons-nous les unes les autres. Même si c’est une adversaire qui est attaquée pour la longueur de sa jupe, nous ne laisserons pas passer ces insultes qui n’ont qu’un résultat : l’humilier en tant que femme », affirment les candidates du collectif EluesLocales dans une tribune publiée dans « Le Parisien » le 7 mars dernier. À quelques jours des municipales, les élues appellent à un « changement des pratiques politiques ». Intitulé « En 2020, halte au sexisme en politiques ! », le texte, signé par une centaine de femmes candidates dans tout le pays, dénonce l’invisibilisation du sexisme en politique. « Si la campagne #MeToo a permis une large libération de la parole des femmes, celle-ci reste encore trop dépendante du poids médiatique qu’on lui apporte, et n’a pas investi tous les secteurs concernés », dénoncent ces élues. Les candidates rappellent les résultats de leur enquête « Entendu à la mairie », sur les violences sexistes et sexuelles, lancée en partenariat avec le collectif féministe #NousToutes.

« 72% d’élues victimes de sexisme, harcèlement sexuel et agressions » 

L’enquête #NousToutes et EluesLocales révèle que, si un élu français sur deux est une femme (avec près de 240 000 élues sur 503 305 élus au total*), le sexisme continue de brider les femmes. Le rapport de #NousToutes et EluesLocales...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :