Défilé Stéphane Rolland : toute d'or et d'ivoire

© Marcio Madeira/News Pictures

Guerre, crises, inflation, froid glacial sur la place du Trocadéro à Paris... Une fois entré dans la majestueuse enceinte années 30 du Palais de Chaillot, on avait tout oublié. Avec un petit bémol : moins majestueuses, les obstructions bureaucratiques du service de sécurité de Chaillot : pour débloquer le passage, il a fallu que Stéphane Rolland vienne en personne "faire la porte" sous prétexte qu'on "avait dépassé la jauge" ! Ni foule ni bousculade pourtant dans cet immense théâtre aux plafonds hauts de 4 mètres. Passons. Le défilé a démarré avec un certain retard, mais l'attente valait le coup.

Après des extraits du film "Orfeu negro", les premiers mannequins se sont avancés sur l'allée de marbre, hiératiques en crêpe ivoire, puis toutes d'or vêtues. Stéphane Rolland n'habille quasiment que la jet-set, avec des tenues assurées de faire la une des tapis rouges. Des robes à la structure simple, tantôt couvrantes, tantôt largement décolletées dans le dos, ou jouant la transparence, habillées de parures précieuses.

Certaines surprennent avec des fentes, s'ouvrant parfois sur un flot de plumes d'or, d'autres sont accessoirisées d'un plastron sculpté, ou de pierreries en dégradé, de gal...


Lire la suite sur ParisMatch