Avez-vous déjà gaslighté quelqu’un ? 4 signes pour le savoir

©iStock

Gaslighting ou simple désaccord : comment les distinguer ? Plusieurs spécialistes expliquent comment distinguer la technique de manipulation d’une divergence d’opinion saine.

Il peut parfois être difficile de déterminer si oui ou non vous êtes en train de gaslighter quelqu’un, c’est-à-dire de remettre en question son jugement et ses affirmations. Au-delà du simple désaccord, le gaslighting consiste à contrôler l’autre en mettant en avant un faux récit qui amène la victime à remettre en question ses pensées, ses souvenirs et les événements qui les entourent. L'auteur du gaslighting est émotionnellement abusif, d’après le psychologue William Berry, dans « Psychology Today ». Et cet abus peut amener la victime à remettre en question sa propre réalité.

Lire aussi >> Couple : êtes-vous victime de ghosting ou caspering ? On vous éclaire

Des réalités différentes

Mais au-delà du gaslighting, il se peut que plusieurs personnes aient des souvenirs différemment d’un évènement. Ceci peut être dû à un traumatisme ou des souvenirs enfouis. « Nous vivons tous la réalité différemment et chacun est convaincu que sa perception de la réalité est la plus fiable », explique le spécialiste. « Il y a trois côtés à chaque désaccord : le vôtre, le mien et la vérité. » L'hypothèse est que ni l'un ni l'autre n'a la vérité, seulement leur version. Lors du gaslighting, la personne est consciente qu’elle manipule l’autre pour remettre en question son point de vue.

4 signes révélateurs

Dans un post Instagram relayé par « Stylist », la psychologue Amy Tran détaille les quatre signes qui permettent de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Enora Chame : "Pour les journalistes, c’est difficile d’échapper aux manipulations"

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles