Démangeaisons de l’anus : les différentes causes du prurit anal et comment le soulager

Les démangeaisons de l'anus ne sont pas rares : d'après la Société Nationale Française de Colo-proctologie (SNFCP), 15 % de la population française serait concernée !

Le " prurit anal " - c'est le terme médical pour désigner les démangeaisons anales – se définit comme une " sensation cutanée au niveau de l’anus, désagréable et induisant des manœuvres de grattage ".

Si, dans de nombreux cas, aucune cause médicale n'est identifiée, il peut être question d'une origine dermatologique (eczéma, psoriasis...), digestive ou proctologique (condylome, fissure anale).

Démangeaisons de l'anus : les causes digestives et proctologiques

Un prurit anal peut résulter d'une pathologie du système digestif – et, en particulier, d'une maladie du rectum ou de l'anus. Par exemple :

Un condylome anal

Les condylomes de l'anus – que l'on appelle aussi papillomes ou, plus vulgairement, " crêtes de coq " - sont liés à une infection par le papillomavirus humain (HPV). Cette infection virale n'est pas rare puisqu'elle concernerait 2 % des adultes âgés de 20 à 30 ans. Elle se transmet principalement lors d'un rapport sexuel, à l'occasion d'un simple contact cutané.

D'après la Société Nationale Française de Colo-proctologie (SNFCP), " le temps entre le contact et l’apparition d’un condylome varie classiquement de deux à six mois, mais peut être beaucoup plus long ". Si le condylome anal est souvent asymptomatique, il peut être responsable de démangeaisons de l'anus et de traces de sang à l'essuyage et/ou " d’excroissances irrégulières " au niveau de l'anus.

Quel traitement ? Lorsque les condylomes sont peu étendus, un traitement médicamenteux local est prescrit : pommade immunostimulante, antiviraux locaux, destruction à l'azote liquide... Si les condylomes sont plus volumineux et/ou plus nombreux, une opération chirurgicale (sous anesthésie générale) sera envisagée.

Une fissure anale

La fissure anale se définit comme " une déchirure non-cancéreuse (et sans aptitude à le devenir) de la peau qui recouvre

(...) Cliquez ici pour voir la suite