Démarchage téléphonique : comment le limiter et éviter les pièges

Panneaux solaires, formation professionnelle, complémentaire santé… Quoi de plus agaçant que d’être dérangé, à tout moment, par l’appel d’un démarcheur ? D’autant que, selon les associations de consommateurs, les secteurs qui pratiquent le plus le démarchage non sollicité sont aussi ceux où les arnaques et les litiges sont les plus fréquents. A défaut de pouvoir s’en débarrasser totalement, on peut toujours limiter les risques.

Si ce n’est pas déjà fait, inscrivez vos numéros de téléphone fixe et mobile sur la liste d’opposition au démarchage téléphonique Bloctel (bloctel.gouv.fr). Malgré son efficacité limitée, elle vous mettra au moins à l’abri des sollicitations des nombreuses entreprises qui respectent la loi. L’inscription gratuite est valable pour trois ans et se renouvelle désormais automatiquement. Vous pouvez encore être appelé par les entreprises dont vous êtes déjà client, ainsi que par des associations caritatives, des instituts de sondage et des éditeurs de presse - trois secteurs non soumis à Bloctel. Quant aux appels abusifs, ils sont le fait d’entreprises qui ne tiennent pas compte de l’adhésion des particuliers à ce dispositif.

A savoir. En cas d’appels indésirables, vous pouvez déposer un signalement sur bloctel.gouv.fr, à condition d’avoir noté le nom de l’entreprise et son numéro d’appel, ce qui n'est pas toujours simple car ils changent souvent.

Les démarcheurs doivent commencer la conversation en indiquant clairement le nom de la société pour le compte de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles