Démence : ces aliments antioxydants qui protègent le cerveau

Bien manger pour préserver son cerveau après 50 ans, l’idée n’est pas nouvelle. Les études se succèdent pour montrer qu’une alimentation équilibrée est bénéfique. La dernière en date - que nous vous présentions en février dernier - montrait qu’un régime riche en fibres (que l’on retrouve principalement dans les fruits et les légumes, les céréales complètes et les légumineuses) a des bénéfices anti-inflammatoires qui font la preuve d’effets protecteurs contre le déclin cognitif, en plus de prévenir les maladies cardio-vasculaires.

Dans un nouvel opus, des chercheurs allemands et suédois ont analysé les taux sanguins d’antioxydants, la forme physique et les capacités cognitives de près de 7 300 personnes (âgées de plus de 45 ans) pendant seize ans. Leurs conclusions, parues dans la revue Neurology, montrent que celles qui présentent des taux élevés de lutéine, de bêta-cryptoxanthine et de zéaxanthine étaient moins touchées par la démence en vieillissant.

Les antioxydants ont un rôle essentiel : ils protègent du stress oxydatif et du vieillissement des cellules. Si notre organisme est capable d’en produire quelques-uns (comme la DHEA), la plupart viennent de notre alimentation et plus particulièrement des fruits et légumes.

La lutéine et la zéaxanthine (des caroténoïdes) - dont on sait qu’ils réduisent aussi les risques de DMLA et de cataracte - se trouvent dans les légumes verts à feuilles : chou frisé, brocoli, épinards, pois...

La bêta-cryptoxanthine, elle, est un pigment présent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles