Démence : ce facteur renforcerait les risques de près de 30%, comment l’éviter ?

PIKSEL / iStock

De nombreuses personnes sont touchées par la solitude. Au-delà des conséquences physiques que cet état peut engendrer, il pourrait avoir un impact sur la santé psychologique, en renforçant les risques d'apparition de démence : ces conclusions sont celles de chercheurs de l'école de médecine de l'Université John Hopkins et de l'école de santé publique Bloomberg (États-Unis), dont les travaux ont respectivement été publiés le 15 décembre 2022 et le 11 janvier 2023 dans le Journal of the American Geriatrics Society.

Les données étudiées sont issues de la National Health and Aging Trends Study (NHATS), une cohorte regroupant 5.022 participants âgés de plus de 65 ans, isolés socialement ou non. Tous ont été invités à un entretien de deux heures, durant lequel leur état de santé, leur bien-être général ainsi que leurs fonctions cognitives ont été évalués.

Les scientifiques définissent l'isolement social comme le "manque de contacts sociaux et d'interactions avec des personnes sur une base régulière". Ils ont remarqué que les personnes qui souffraient de solitude avaient 27% de risques supplémentaires de développer une démence sur neuf ans que celles qui n'étaient pas touchées.

"Une explication possible est que le fait d'avoir moins d'occasions de socialiser avec d'autres personnes diminue également l'engagement cognitif, ce qui peut contribuer à augmenter le risque de démence" avance Alison Huang, médecin et épidémiologiste ayant contribué aux recherches, dans un communiqué.

Alors, comment (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite