Démission du conseil d’administration du collectif féministe 50/50 après une plainte pour agression sexuelle

Les dirigeants de cet organisme engagé dans le cinéma et l’audiovisuel se sont fendus d’une lettre pour annoncer le retrait de leurs fonctions. Une comédienne avait déposé une plainte pour une agression sexuelle contre une administratrice.

La réponse n’aura pas tardé. Le conseil d’administration du collectif 50/50, engagé pour plus de parité et de diversité dans le cinéma et l’audiovisuel, a annoncé mercredi 27 avril sa démission collective. Des élections d’un nouveau CA devraient se tenir rapidement.

À lire aussi >> CharactHer : la campagne du collectif 50/50 qui met à l'honneur la féminisation des métiers du cinéma

Jugement en septembre

Cette décision, douloureuse si l’on en croit la lettre rédigée à ses adhérents par l’organisme, fait suite à une plainte déposée en mars à l'encontre d'une administratrice. Une invitée de 50/50 avait révélé qu’elle avait été victime d’une agression sexuelle de la part de cette femme lors d’une soirée. Une enquête a été ouverte et la mise en cause sera jugée en septembre au tribunal de Paris.

« Le collectif a toujours lutté contre les violences et le harcèlement sexistes et sexuels. (...) Les faits exceptionnels que nous connaissons doivent de la même manière être traités avec attention, engagement et discernement, avec transparence, et dans le respect des valeurs qui constituent l'ADN du collectif », indique le conseil d'administration.

"État d'ivresse manifeste"

L'administratrice inculpée a été mise en retrait immédiatement et suspendue de toutes ses activités au sein du collectif. Elle aurait déjà été entendue par la police et se trouvait « en état d'ivresse manifeste » au moment des faits,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles