Le départ en retraite progressive, comment ça marche ?

© Getty Images/iStockphoto

Pour en bénéficier, il faut réduire son temps de travail de 20 % à 60 % par rapport à la durée de travail à temps plein dans votre entreprise. Vous devez donc conserver un emploi à temps partiel compris entre 40 % et 80 % d’un temps complet. Vous devez aussi obtenir l’accord de votre employeur, ce dernier n’étant pas obligé d’accepter votre demande, sauf s’il a signé un accord collectif d’aménagement de fin de carrière.

Pendant toute la durée de cette période, vous cumulez le salaire issu de votre activité maintenue avec une partie de votre retraite (de base et complémentaire). Pour la calculer, votre caisse de retraite commence par déterminer la pension à laquelle vous pouvez prétendre à la date de votre demande, puis elle lui applique un coefficient de minoration. Par exemple, si vous continuez de travailler 3 jours par semaine, soit 60 % d’un temps plein, vous avez droit à 40 % de votre retraite.

Vous continuez de cotiser pour la retraite sur votre salaire, ce qui vous permet d’acquérir des trimestres et des points de retraite supplémentaires. Ces droits seront pris en compte lorsque vous demanderez la liquidation définitive de votre retraite, majorant d’autant votre retraite de base et votre retraite complémentaire.

"Il faut distinguer le dispositif de retraite progressive de celui du cumul emploi retraite. Le second permet de reprendre une activité après avoir liquidé toutes vos retraites des régimes obligatoires. Vous pouvez cumuler les revenus de l’activité reprise avec (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite