Dépression, anorexie, anxiété : Mel C (Spice Girls) dévoile les retombées de la célébrité sur sa santé mentale

picture alliance / Contributeur

“C’est important pour moi de revenir sur les parties difficiles de mon passé.” En juillet 1996 sortait le premier single d’un tout nouveau girls band : Wannabe des Spice Girls. En un temps record, cette chanson est devenue un hit et a propulsé les cinq membres du groupe Victoria Adams (devenue Beckham), Melanie Chisholm, Melanie Brown, Geri Halliwell et Emma Bunton au rang de pop-stars. Mais le succès, aussi grandiose que soudain, n’a pas toujours été simple à gérer.

Plus de vingt ans après les débuts du groupe, Melanie Chisholm – Mel C ou Sporty Spice pour les intimes –, s’apprête à sortir son autobiographie, Who I Am, en librairies le 15 septembre prochain. En amont de cette publication, l'artiste a accordé un entretien au Daily Mail dans lequel elle évoque les différentes conséquences de cette notoriété fulgurante sur sa santé mentale et physique.

Bien qu’elle ne souhaite pas se concentrer uniquement sur les aspects négatifs de cette période, la chanteuse ressent la nécessité d’accepter les “parties difficiles” de ce passé et de témoigner pour préparer ceux qui aspireraient à la renommée. Comme le rappelle le magazine Stylist, Victoria Beckham s’était, elle aussi, exprimée sur ses troubles du comportement alimentaire et sur sa santé mentale.

Durant le début de cette nouvelle célébrité, Mel C a gardé secrets les problèmes auxquels elle faisait face. “Je buvais à l’excès. Je mangeais de manière compulsive. Et j’en avais honte”, confie-t-elle au Daily Mail. En parallèle, la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Une femme détecte la maladie de Parkinson grâce à son odorat et inspire un test de dépistage aux scientifiques
Les tâches domestiques nuiraient davantage à la santé mentale des femmes salariées, selon une étude
Le diabète de type 2 favoriserait les risques de dépression chez les moins de 40 ans
Votre "dickpic" en dit long sur votre personnalité d'après une étude
Être gentil avec les autres est bon pour leur santé (et la nôtre), c’est prouvé