Dépression : quels sont les symptômes et comment s’en sortir ?

Dépression : de quoi s'agit-il ?

Dépression, kézako ? Première info : la dépression est une véritable maladie. Dans le cerveau d'une personne dépressive, la circulation des neurotransmetteurs (et notamment ceux responsables de la régulation de l'humeur) ne se fait pas correctement, ce qui entraîne des symptômes spécifiques.

" Une personne qui souffre de dépression sera dans l'incapacité de moduler ses émotions : elle ne pourra ressentir que de la tristesse, développe le Pr. Pierre-Michel Llorca, professeur de psychiatrie. Les choses qui lui faisaient auparavant plaisir ne lui procurent plus aucune joie. Elle ne peut pas " se changer les idées ", c'est physiquement impossible. "

Dépression, ça concerne qui ? Les autorités sanitaires estiment qu'1 Français sur 10 (entre 16 % et 17 % de la population) environ développera cette maladie au cours de sa vie, surtout entre 20 et 30 ans et après 55 ans. La dépression concerne 2 fois plus les femmes que les hommes.

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) précise également que " les personnes exposées à des événements malheureux dans leur vie (chômage, deuil, traumatisme psychologique) sont plus susceptibles de développer une dépression ". En outre, " il existe une interdépendance entre la dépression et la santé physique. Par exemple, une maladie cardio-vasculaire peut entraîner une dépression et vice-versa ".

Comment savoir si on fait une dépression ?

Comment différencier tristesse et dépression ? La tristesse est une émotion normale : " elle peut durer quelques heures comme s'étaler sur plusieurs jours : ce n'est pas anormal, c'est humain " précise le Pr. Llorca.

Ce qui différencie vraiment la tristesse de la dépression, c'est la capacité à " se changer les idées " : " une personne qui ressent de la tristesse sera tout de même capable de sourire sincèrement, de ressentir de la gaieté, de prendre du plaisir... explique le spécialiste. Bref, elle sera en capacité de ressentir autre chose que de la tristesse (et de percevoir le

(...) Cliquez ici pour voir la suite