Déprime, sommeil, sexualité : quelle est l'influence de la météo sur notre santé ?

Bien à l’abri dans nos maisons ou nos bureaux, nous imaginons mal que le temps extérieur puisse agir réellement sur notre santé ou notre bien-être. Pourtant, nous sommes tous météo-sensibles, comme l’explique Louis Bodin, ingénieur prévisionniste et "Monsieur Météo" de TF1. Il décortique pour nous le vrai du faux.

Le froid augmente la déprime

Faux. Selon les médecins et les psychologues, le froid nous rapproche les uns des autres et favorise nos relations sociales. Nous avons envie de nous retrouver entre amis, en famille autour d’une tasse de thé, d’un bon feu qui crépite, d’un repas partagé. Cela permet de réduire notre mauvaise humeur, notre fatigue et la déprime. Par ailleurs, on se concentre mieux, on dort mieux et on est plus altruiste lorsqu’il fait frais. Les études montrent qu’une température de 17° à l’intérieur des bureaux ou des habitations est la plus favorable à cet équilibre psychologique.

L’hiver est une saison favorable pour le cœur

Faux. Par grand froid, la circulation générale est nettement accélérée pour envoyer rapidement le sang vers les organes vitaux. Réchauffés par l’arrivée de sang chaud, les vaisseaux périphériques se dilatent. Puis refroidis par la température ambiante, il se contractent. Ce phénomène de vasoconstriction et vasodilatation amplifiée est mal supporté par les personnes fragiles ou cardiaques. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : lorsque le mercure baisse de 1°C, le risque d’infarctus du myocarde augmente de 2% dans les quatre semaines qui suivent, avec un pic dans les quinze premiers jours… Couvrez-vous bien et ne négligez surtout pas les extrémités de votre corps. C’est par les mains, les pieds, le nez, les oreilles et la tête que l’on perd 30% de notre chaleur. Et bien sûr, évitez les efforts brutaux ou l’exercice physique intense en extérieur lorsqu’il fait très froid.

Noël est la saison la plus propice à la générosité

Vrai. Le froid, en diminuant le diamètre des vaisseaux sanguins puis en les dilatant immédiatement après, accélère

(...) Cliquez ici pour voir la suite