Dérives sectaires : la santé, « sujet de préoccupation majeur »

©IStock

La spiritualité et les dérives masculinistes sont également dans le viseur de la Miviludes.

La crise sanitaire aurait eu un effet considérable sur l’augmentation des dérives sectaires. Le dernier rapport de la Mission interministérielle chargée de lutter contre ces phénomènes (Miviludes), publié mercredi 2 novembre, fait état d’une « augmentation significative » des saisines pour dérives sectaires.

La Miviludes a reçu 4 020 saisines en 2021, ce qui représente une hausse de 33,6% par rapport à l'année précédente – et de près de 50% par rapport à 2015. Les secteurs de la spiritualité, mais aussi celui de la santé, seraient particulièrement touchés.

Reiki, naturopathie : attention aux dérives

À côté des « multinationales de la spiritualité », comme l'Eglise de scientologie, l'Anthroposophie ou les Témoins de Jéhovah, prospèrent aussi des « gourous 2.0 », qui se trouvent à la tête de groupes « mobiles, changeants et impalpables », caractéristiques d'un phénomène sectaire « à l'état gazeux », indique l’organisme.

« Les dérives liées à la santé sont parmi les plus inquiétantes », affirme à l'AFP la secrétaire d’Etat à la Citoyenneté, Sonia Backès, chargée de ces sujets. En 2021, 744 saisines y étaient liées. « Quand vous demandez à quelqu'un de ne pas suivre son traitement en lui vendant un soin alternatif à la place, vous pouvez mettre la vie de cette personne en danger », a-t-elle poursuivi.

Près de 70% des saisines concernant la santé se rapportaient à des « pratiques de soins non...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi