Déserts médicaux : 6 solutions anti-pénurie

Ce n’est pas un scoop. De nombreuses zones du territoire français sont de véritables déserts médicaux. Pour atteindre le premier praticien, il faut parfois rouler pendant près d’une heure. Dans certaines zones urbaines, la situation n’est guère meilleure. En 2019, 5,4 millions de patients n’avaient pas de médecin traitant. Pour déjouer la pénurie, on s’organise localement. Avec un peu d’imagination et beaucoup de volonté.

Écrans noirs pour blouses blanches

À Laigneville, petite ville de 4 800 habitants dans l’Oise, un millier de patients sont, depuis dix-huit mois, régulièrement suivis en télémédecine. Gratuitement. "Ici, nous sommes en plein désert médical et lorsque deux de nos généralistes sont partis à la retraite, il a fallu trouver une solution", explique Christophe Dietrich, le maire de la ville. Ses annonces offrant des conditions d’installation privilégiées ne rencontrant que des candidats exigeant toujours plus d’avantages, la municipalité décide de tenter l’aventure de la télémédecine. Aménagement d’espaces de consultation adaptés dans la salle des fêtes, investissement dans des chariots de télémédecine "high-tech"… Six médecins généralistes, installés dans des départements différents, "téléconsultent" depuis leur cabinet tandis que sur place, quatre infirmières se relaient pour assurer l’accueil des patient(e)s et la manipulation du chariot médical, faisant ainsi de Laigneville, "le plus grand cabinet de télémédecine de France".

La bourse d'un village mécène

À la suite du départ de deux de ses quatre généralistes, la mairie de Voujeaucourt (3 400 habitants), près de Montbéliard (Doubs), a préférer participer au financement des études d’Arthur Poirat à raison de 500 euros par mois. En septième année de médecine générale à la fac de Dijon, ce futur praticien, qui aura terminé son cursus en 2022, s’engage à s’installer à Voujeaucourt pendant au moins trois ans - le temps durant lequel il aura perçu sa bourse – après l'obtention de son diplôme. Il pourrait même

(...) Cliquez ici pour voir la suite