Dîners clandestins : Kev Adams pris la main dans le sac

·1 min de lecture

Après Pierre-Jean Chalençon, Christophe Leroy - qui préfère rire du tollé - ou encore Michel Sarran, c'est au tour de Kev Adams d'être accusé de ne pas respecter les restrictions sanitaires. Le vendredi 14 mai 2021, le site Mediapart a fait savoir que le comédien aurait organisé une fête privée au Fauchon, un grand hôtel de la capitale française, le 20 février 2021. Une soirée qui se serait déroulée en présence d'"une dizaine de personnes" et qui se serait "prolongée tard dans la nuit", comme le relate le journaliste Nils Wilcke sur son compte Twitter. La polémique enfle puisque, d'après un décret gouvernemental du 29 octobre 2020, les hôtels ne sont autorisés qu'à procurer le room service aux clients qui logeraient déjà sur place. Et ce, contrairement aux restaurants et autres lieux de réception : ces derniers ont été contraints à la fermeture.

"C'est insupportable", s'insurge un serveur auprès de nos confrères, "de voir que des personnes, parce qu'elles ont de l'argent et les bons contacts, peuvent continuer à faire ce que tout le reste de la population n'a pas le droit de faire". Du côté des employés, les langues se délient, ceux-ci se disant "écœurés de servir en se mettant en danger des clients privilégiés qui ne respectent aucune règle d'hygiène et à qui les hôtels de luxe ouvrent leur porte pour dîner et faire la fête". Mais si la colère de ces travailleurs fait grand bruit, Kev Adams préfère, pour l'heure, garder le silence.

L'ex-compagnon d'Iris Mittenaere a pourtant tout (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles