D’un geste de précaution à rituel obligatoire : la longue histoire de la poignée de main

© SAUL LOEB/AFP

Souvenez-vous : avant le coronavirus, on se serrait allégrement la main entre amis, collègues ou connaissances. Ce geste si commun dans notre "vie d’avant", que beaucoup d’entre nous ont pratiquement oublié, n’a pourtant pas toujours été aussi populaire dans nos sociétés. Savez-vous quelle en est l’origine ? La journaliste et chroniqueuse Clémentine Portier-Kaltenbach a retracé la longue histoire de la poignée de main dans l’émission Historiquement vôtre sur Europe 1.

>> Retrouvez les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern en replay et en podcast ici

Une précaution pour éviter de se faire tuer dans l’Antiquité

"Depuis quand existe la poignée de main ? L'iconographie dont on dispose montre des poignées de main dans l'Antiquité grecque, sur des stèles du Ve siècle avant Jésus-Christ. Homère mentionne dans l'Iliade la poignée de main comme un geste de paix ou d'allégeance.

Chez les Romains, se serrer la main est un geste de précaution pour s'assurer que celui d'en face ne cache pas une arme dans sa manche, voire dans l'autre main. César, assassiné de 23 coups de poignard par des sénateurs, était bien placé pour savoir qu'on pouvait cacher une arme blanche dans sa manche assez facilement. Et d'ailleurs aujourd'hui encore, en Angleterre on ne se serre jamais la main entre avocats. On se fait un geste cordial de la main parce qu'on est supposé être entre hommes de loi et se faire absolument confiance. Les Romains, pour se saluer, se serraient l'avant bras, comme dans le...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles